MON AMÉRIQUE À MOI.

New York, Chicago, San Francisco,

Los Angeles, Miami.

Une ville, un beau livre.
Pas facile me direz-vous. En effet.
Mais comme on le dit chez nous "À chacun son beau livre !"

 
 

NEW YORK

NEW YORK. Portrait d'une ville.

De Reuel Golden.

Editions Taschen. 2014.

Existe également en petit format.

Cliché ?

Lorsque j'ai mis pour la première fois les pieds à New York, dans le taxi j'ai demandé à écouter New York - New York interprété par Liza Minelli. La voiture a traversé le pont de Brooklyn et je me suis dit : j'y suis, à nous deux NY !

​New York, portrait d'une ville est un grand et beau livre. Son format n'est pas neutre, il permet de nous happer dans cette ville si particulière. Bien calé, car ce livre fait son poids, vous allez avancer pas à pas dans l'histoire de New York. 

De la construction du Brooklyn Bridge aux immigrants arrivant à Ellis Island, des taudis du Lower East Side, je précise d'hier car aujourd'hui une partie de ce quartier est plutôt branchée, aux majestueux gratte-ciel Art déco, la ville se dévoile bloc après bloc, dans toute sa complexité, son énergie, sa diversité et son style. Rassemblant des centaines de photographies du milieu du XIXe siècle à nos jours signées d'artistes aussi éminents que Berenice Abbott, Weegee, Margaret Bourke-White, William Claxton, Marvin E. Newman, Ralph Gibson, Steve Schapiro, Peter Lindbergh, Lee Friedlander, Nan Goldin et Ryan McGinley et accompagnées par une liste détaillée des 100 plus beaux livres, films et morceaux de musique inspirés par la Ville qui ne dort jamais, vous n'aurez plus qu'une envie, rejoindre New York. Un ouvrage enivrant.

Start spreading the news
I'm leaving today
I want to be a part of it
New York, New York...

 
 

CHICAGO

CHICAGO 1910-1930. Le chantier de la ville moderne. 

De Jean Castex.

Editions de la Villette. 2010.

Chicago est une ville d'une modernité incroyable au bord du magnifique lac Michigan.

Des plages, des espaces verts, de la culture et évidemment ses merveilles architecturales.

Impossible de dissocier Chicago de ses immeubles emblématiques.


Le saviez-vous ?

Notre premier ministre, Jean Castex est architecte, docteur en urbanisme et aménagement. 

Il est l'auteur de cet ouvrage exceptionnel sur la ville de Chicago.


Chicago est un exemple admirable des « boomtowns » qui ont fait la légende des Etats-Unis. Simple comptoir que l'ère des canaux reliant les grands lacs et l'arrivée du chemin de fer vont transformer en cité industrielle moderne et dominatrice. Si le grand incendie de 1871 vient un temps interrompre son essor, il permet de penser une reconstruction de la ville selon des critères modernes. Ainsi naît l'école d'architecture de Chicago, véritable laboratoire d'expériences architecturales avec le premier gratte-ciel à armature d'acier. Entre 1910 et 1930, la rivière va voir son cours remodelé et permettre ainsi le développement du « Loop », ce quartier d'affaires et de commerces qui constitue le coeur même de la ville. Mais ce centre manque d'espace constructible, il va falloir construire sur les énormes voies de chemins de fer qui ont fait sa prospérité, bref inventer du sol à bâtir. Ainsi naissent les rues à étages qui vont rapidement être bordées d'immeubles aux caractères novateurs et proposants des cohabitations d'activités inattendues comme un opéra logé dans un bâtiment d'affaires. Une telle mixité d'activités entraîne des prouesses d'invention que seule l'alliance d'ingénieurs et d'architectes permettent. Ces travaux de voiries, d'urbanisme et d'architecture annoncent et anticipent les transformations advenues aux autres villes depuis lors, y compris en ce 21ème siècle.

Un livre référence !

Je tiens à signaler que certaines personnes m'ont déconseillé de parler d'un livre écrit par notre premier ministre de crainte d'y voir une quelconque connivence politique. De mon côté, j'en ai marre de ces suspicions à tout va, pour un oui ou pour un non. Ce livre est top, sa qualité est indéniable donc j'en parle !

 
 

SAN FRANCISCO

SUMMER OF LOVE. Rock & Révolution à San Francisco.

De Joël Selvin. Illustrations de Jim Marshall.

Editions Huginn & Muninn. 2014.

Vous pensez à quoi, vous, quand vous arpentez les rues de San Francisco ?

Moi, je pense à Jonis Joplin et Bob Dylan, surtout lorsque je me promène dans le quartier d'Haight-Ashbury. Aujourd'hui encore l'esprit Woodstock est bien présent avec ses vitrines regorgeant toujours de  textiles fleuris et sa librairie anarchiste "Bound Together Bookstore". S'y arrêter, c'est replonger dans un vent de liberté. 

Été 1967, des milliers de jeunes se réunissent tout d'abord dans le quartier d'Haight pour montrer au monde entier la contre-culture hippies.

Toute une nouvelle scène musicale californienne conduite par les Gretaful head ou Jefferson Airplane mais encore les hippies et le flower power, Allen Ginsberg et la Beat generation, Timothy Leary et la promotion du LSD s'éclatent 
l'espace d'un été, et pour l'éternité, dans les rues de San Francisco. 
Internationalement reconnu pour ses photos de musique, du festival de Woodstock aux Red Hot Chiller Pepper, Jim Marshall est un témoin exceptionnel du fameux summer of love. Il a tout vu et tout immortalisé, les concerts, les coulisses, les rassemblements, les débuts et les consécrations. Cet ouvrage inédit réunit pour la première fois les plus beaux et les plus rares clichés d'une époque révolue mais désormais légendaire.

L'été de l'amour, ca vous branche ?

 
 

LOS ANGELES

TRAVEL BOOK LOS ANGELES. 

De Javier Mariscal.

Editions Louis Vuitton. 2019.

Los Angeles ou l'art de l'ART ?

Hollywood, Santa Monica, Malibu, Venice Beach... évidemment, mais pour moi LA c'est l'art de l'art Contemporain ! La création est telle qu'aujourd'hui elle rivalise avec les plus grandes villes du monde. Pour la ressentir, j'adore les dessins de Javier Mariscal qui me donne l'envie de croire que le rêve américain existe toujours.

L'artiste espagnol Javier Mariscal aime la Californie, dont le ciel bleu clair et la lumière blanche brillante lui rappellent Valence, sa ville natale. D'un naturel curieux et spontané, il profite de son cinquième voyage à Los Angeles pour ébaucher des silhouettes, des objets et des paysages dans son carnet ou sur son iPad. Il s’inspire notamment des néons, slogans, enseignes de magasin, panneaux d’affichage et logos qui envahissent LA pour créer un prisme typographique unique, donnant vie à son univers visuel. Graphiste, illustrateur, designer, cinéaste, peintre, sculpteur et céramiste... Javier Mariscal est un artiste total, passionné avant tout par la liberté de création.

Il publie ses premières bandes dessinées au milieu des années 1970 et se fait connaitre avec le logo BAR CEL ONA créé en 1979. Son travail sur le tabouret de bar Dúplex lui ouvre les portes de la célèbre exposition de design organisée par Ettore Sottsass et son groupe Memphis à Milan en 1981. Cobi, la mascotte des Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone, reste l’une de ses créations les plus célèbres. Javier Mariscal a également réalisé des couvertures pour le magazine The New Yorker, des affiches de film pour Pedro Almodóvar et a travaillé avec le réalisateur Fernando Trueba sur un film d'animation nominé aux Oscars en 2012.

Après ça, j'ai juste envie de vous dire : "welcome to the world of Javier !".

 
 

MIAMI

Miami Beach. 

De Horacio Silva.

Editions Assouline. 2020.

Bling-Bling Miami ?

Allez, ce n'est pas que çà ! Que direz-vous lorsque vous serez devant ce panorama Art déco époustouflant ?

De toute façon, je me suis offerte une manucure qui va briller sous le soleil de Miami et j'ai loué une magnifique décapotable d'un rose malabar à vous rendre jaloux(se).

Alors, envie de me suivre sans pour autant vous faire gonfler les lèvres ?

Mais qu'il est beau ce livre aux couleurs acidulées. L'éditeur Assouline nous propose le best de Miami Beach dans sa collection Travel et avouons le, de temps en temps, ça fait du bien.

Considérée par beaucoup comme la ville la plus dynamique et la plus sexy du pays, Miami est plus populaire que jamais. C'est une ville qui ne se contente pas de changer mais qui évolue, sans jamais réécrire le passé. Le chic Surf Club et le vibrant Faena Hotel n'ont pas remplacé l'emblématique Raleigh des années 1940 ni le Ritz Carlton des années 50, mais les complètent. Je vous rassure, de nombreux hôtels très sympas sont aussi là pour vous recevoir comme un prince ou une princesse. Les classiques comme Joe's Stone Crab continuent de servir leur cuisine signature aux foules à guichets fermés chaque soir, alors que les nouveaux établissements attirent avec des chefs renommés. L'architecture Art déco emblématique reste pleinement exposée alors que le musée d'art moderne de Perez, conçu par Herzog & de Meuron, contraste fortement. Remplie d'art et de culture toute l'année, de l'art international à The Bass au street art de Wynwood Walls, sans oublier Art Basel Miami Beach, une foire qui attire plus de 80000 visiteurs avec des festivités organisées chaque soir.

Alors, c'est pas sympa de jouer les pin-up ?