Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil_edited.jpg

Être invité chez Serge Gainsbourg, qui n'en a pas rêvé ? 

Il est déjà tard lorsque j'arrive devant la grille du 5 bis rue de Verneuil. Je sonne. Dans un petit renfoncement se dessine la silhouette de Serge Gainsbourg. D'un pas fragile, je le rejoins. Il m'accueille, amusé.

« Voilà, c’est chez moi. Je ne sais pas ce que c’est : un sitting-room, une salle de musique, un bordel, un musée… »

La pièce est-elle vraiment sombre ou ma vue me joue t-elle un sale tour ? Je ne distingue rien comme si j'étais dans le noir complet, pourtant je me retrouve assise. C'est confortable. Est-ce un fauteuil ou un canapé ? Bizarre, je n'en ai pas la moindre idée. Serge me propose un verre. Nous papotons de tout et de rien comme de bons vieux amis, la conversation est fluide. Le temps s'écoule doucement. Deuxième verre. Nous regardons quelques photos en écoutant des disques. Il me raconte quelques histoires, ça me fait rire. L'ambiance est cool. Troisième verre. Au bout d'un moment, mon regard encore un peu timide s'égare discrètement. Aucun décor. Des chaises, un piano, une toile, des livres, un bureau ? Je panique, je ne le vois plus, Serge a disparu.

Je me réveille en sueur.



Tony Franck, photographe de grandes stars des années 80 accompagné de Jean-Pierre Prioul, proche de Serge Gainsbourg pour avoir été le gardien de ce temple jusqu'en 2013, ont poussé pour nous la grille de cette adresse parisienne devenue mythique. 

Serge Gainsbourg a vécu au 5 bis rue de Verneuil de 1969 à sa mort. On a tous entendu parlé de ce grand salon tapissé de noir peuplé de milliers d'objets mais qu'en est-il ? Pièce après pièce, nous découvrons les objets, les photos, les peintures, une collection de poupées... qui ont entouré cet artiste hors normes.

De la cuisine à la bibliothèque, de la salle de bain aux chambres, ce livre nous fait découvrir un univers esthétique unique à l'image de son propriétaire.



Il est tard, demain je travaille, il faut vraiment que je me recouche. Je referme mon livre.

Il est déjà tard lorsque j'arrive devant la grille du 5 bis rue de Verneuil. Je sonne. Dans un petit renfoncement se dessine la silhouette de Serge Gainsbourg. D'un pas fragile, je le rejoins. Il m'accueille, amusé.

« Voilà, c’est chez moi. Je ne sais pas ce que c’est : un sitting-room, une salle de musique, un bordel, un musée… »

A peine rentrée, je distingue des tas d'objets, il m'invite à m'asseoir sur un joli canapé, je me retrouve face à Brigitte Bardot. Serge me propose un verre.

Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil

De Jean-Pierre Prioul

Photographies de Tony Frank

Préface de Charlotte Gainsbourg

Editions E/P/A

Octobre 2017

Format 21.7 x 29.2 cm

180 pages

Prix : 35 euros